Get Adobe Flash player

Archives

Vous êtes dans la catégorie Conseil municipal

Diminution des dotations et budget municipal

Conseil municipal
du mercredi 15 avril 2015

Je voudrais tout d’abord remercier M. Héraud pour son obligeance. Il s’est rendu disponible pour répondre à toutes nos questions aussi clairement que possible dans un délai très court. Merci pour cet effort de pédagogie que nous adressons également à l’ensemble des services qui œuvrent au quotidien pour un service public de qualité pour nos administrés.

Venons-en au budget : la remarque générale, qui concerne tous les chapitres, est que nous avons là une présentation comptable certes nécessaire du budget, auquel il manque une présentation politique qui rappellerait les engagements de l’équipe municipale auprès de la population pierrefittoise et leur réalisation au quotidien en cette année charnière avant la mise en place du Grand Paris et de la véritable péréquation entre communes riches et communes plus pauvres qui devrait l’accompagner.

Nous demandons également que les ressources que Plaine Commune alloue à notre ville soient indiquées pour une compréhension et une vision globale de notre budget.

Lors du débat d’orientation budgétaire il a été rappelé que le marqueur de la politique municipale était la réduction des inégalités et la priorité à la jeunesse. Cela se traduit-il au niveau du budget ?

Dans le domaine du logement à coup sûr avec l’ANRU du quartier Nord.

Bien sûr cet investissement majeur est positif pour tout le monde. Pour les habitants du nouveau quartier, perçu comme quartier d’avenir par les habitants eux-mêmes, ainsi que pour le reste de Pierrefitte qui se retrouve avec un quartier ouvert sur un équipement sportif de premier plan, un équipement socio culturel majeur et une école adaptée aux nouvelles conditions d’enseignement là où il y avait auparavant un quartier fermé sur son délabrement et son mal vivre.

Dans le domaine scolaire également : construction d’écoles, achat de terrains pour en construire d’autres, rénovation lourde. Cette rénovation s’accompagne de la reconstruction du centre social MCP. Enseignement et lien social pour favoriser le vivre ensemble.

Mais… externalisation de l’entretien ménager des écoles… le mot externalisation passe mal : quel est l’objectif ? Y a-t-il eu débat à ce sujet ? A quand l’externalisation de l’informatique en Inde, de la communication en Pologne… Si nous suivions cette logique comptable ne serions nous pas comme les entreprises du CAC 40 qui délocalisent en Asie ou en Europe de l’Est avec les ravages sociaux que nous dénonçons, nos concitoyens étant particulièrement touchés par la précarisation et le chômage structurel.

Mais… la construction d’une nouvelle école Boivin qui nécessite un choix politique : entre le bâtiment basse consommation de 2012 et le bâtiment à énergie positive de 2020, l’énergie passive nous semble relever de la marche intermédiaire adaptée.

Un des engagements de la campagne est l’extension de l’offre de produits bio dans les cantines scolaires : cela n’est pas mis en valeur dans la présentation du budget, comme si ce n’était pas important alors qu’il s’agit de semer les graines d’une consommation alimentaire plus saine chez les plus jeunes. Heureusement cela apparaît dans le budget du SIVOM, soit une augmentation de 9% par an jusqu’en 2018.

Priorité à la jeunesse : un engagement financier massif pour les TAP même si le document ne synthétise pas quelle est la charge globale des TAP dans le budget : un bilan s’impose après un an : évaluer, continuer ? Intervenir à la marge ? Réorienter ? L’exemple économe choisie par la ville de Stains met il en péril le projet éducatif poursuivi ou n’est il pas une orientation pertinente et adaptée à notre ville ?

Dans le domaine du cadre de vie : le parking Jaurès avec un coût estimé… sera-ce plus ? Sera-ce moins ? Quel accompagnement pour assurer un bon taux de remplissage de celui-ci et une baisse conséquente de la pression du stationnement sur le cadre de vie ?

 Le chapitre gestion courante est en légère baisse : comment s’explique cette baisse alors que cela recouvre le CCAS et l’AFPAD et que l’on aurait tendance à penser que les besoins sont énormes dans ces 2 domaines.

 Les charges de personnel : prévision = enveloppe minimale : on attend forcément une réalisation au-dessus de l’objectif fixé, et ceci même alors que les charges de personnel d’entretien des écoles ont été externalisées vers le privé et donc budgétisées dans le chapitre charges générales. Pourquoi ne pas s’appuyer sur ce qu’il est prévu de faire au service enfance, jeunesse ainsi que dans les centres sociaux : compensation plutôt que paiement des HS.

Les charges générales ne présentent pas non plus la charge que représente le parc automobile pour le budget de la commune alors qu’un des engagements de campagne est la mutualisation – à fin de diminution bien sûr – du parc automobile.

Concernant la  question du parc automobile de la ville il est plus facile sur Pierrefitte d’acheter des voitures plutôt que des vélos ! 

Là, comme ailleurs, il s’agit de lancer un signal fort, même si symbolique, concernant le développement soutenable en milieu urbain dont un des points forts est la limitation de la circulation automobile. Nous n’oublierons pas de mentionner bien sûr qu’il y va aussi de la santé de publique, d’où le mot soutenable.

Sur la dette et l’investissement : le remboursement de la dette s’élève cette année à 3 710 000 euros (pour mémoire 1 700 000 euros en 2011 et + 8,3% par rapport à 2014) et l’autofinancement s’il suffit à rembourser le capital de la dette il ne couvre pas le montant de l’annuité de la dette : comment est financé le complément ?

Quant aux dépenses d’investissement, les ressources propres étant faibles, elles seront financées à près de 90% par l’emprunt.

Ces dépenses d’investissement sont toutes justifiées nous l’avons déjà dit mais la charge de la dette va continuer à augmenter, alors que de gros progrès restent à accomplir dans le domaine de la revitalisation commerciale partant de l’emploi, de l’amélioration du cadre de vie hors opérations ANRU, de la démocratie participative. Une des clés se trouve peut-être à Plaine Commune où, ainsi que l’ont montré les débats sur le budget, les communes du Nord de l’agglomération sont en déficit d’investissement par rapport à celles du Sud.

Quant à l’investissement de long terme bien au-delà des prochaines échéances électorales : nulle mention de la Conférence des Nations Unis sur les changements climatiques, dit COP 21, qui aura lieu dans notre département. Quel montant notre commune portée par une majorité de gauche, citoyenne et écologique doit-elle consacrer à cet évènement porteur d’un accord universel sur le climat ?

Malgré ces manques et ces regrets exprimés, je terminerai en disant que nous voterons ce budget pour ce qu’il montre de volonté d’investissement même dans cette période de restrictions de dotation, et nous œuvrerons pour que la détermination et la volonté politique pallieront les carences que nous avons fait ressortir.

Pour le groupe des élus EELV et associatifs un changement de cap s’impose pour engager sur la ville une politique écologique : environnementale, sociale, économique et surtout de méthode démocratique au sein de la majorité municipale.

Mesdames, Messieurs, je vous remercie de votre attention.

.

Françoise Miret

Conseillère municipale
Présidente du groupe des élus EELV et Associatifs

 

 

 

En savoir plus sur Vos élus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Article du 16 avril, 2015

Autres articles par